Le personnel des Éditions de l’Avenir valide un préaccord de restructuration

FacebookTwitterGoogle+LinkedIn

Le personnel des Éditions de l’Avenir a voté à une large majorité le protocole d’accord négocié par les représentants du personnel et la direction. 174 personnes ont voté pour la signature de la convention collective de travail, 25 contre, à cela s’ajoutent 7 abstentions et un vote nul.

Syndicats et direction sont tombés d’accord sur un plan de départs volontaires et de prépensions à 56 ans afin d’éviter les licenciements secs. Au final, ce ne sont plus 60 équivalents temps plein qui sont menacés, mais 45. L’ensemble de la rédaction devrait compter 134,34 ETP en 2019, soit une baisse de 31,74 ETP. 10 recrutements sont prévus, ce qui réduira la baisse à 21,74 ETP.

« La convention sera signée lundi 10 décembre », annonce Didier Malempré, représentant CNE au conseil d’entreprise et délégué pour l’Association des Journalistes Professionnels (AJP). La convention validera le préaccord conclu la semaine dernière sur le volet social et le préaccord sur le volet organisationnel du plan de restructuration signé dans la nuit de lundi à mardi. La phase d’information dans le cadre de la loi Renault prend fin avec la signature de cette convention. Il faut désormais mettre en place la nouvelle organisation de l’entreprise.

Didier Malempré explique la suite des opérations : « Les personnes qui souhaitent partir pourront se positionner à partir de ce jour-là (le jour de la signature). Sur le plan organisationnel, il reste encore du travail car l’identité de ceux qui quitteront l’entreprise n’est pas encore connue. Par ailleurs, le passage à un nouveau format dès le 18 décembre risque de provoquer une surcharge de travail pour les services informatique et infographie ».

Source : Belga.