Le Conseil de la Publicité lance un code en matière de « native advertising »

FacebookTwitterGoogle+LinkedIn
sandrine sepul

Le Conseil de la Publicité, l’organe d’autorégulation du secteur publicitaire, publie un nouveau code en matière de « native advertising ». « Le secteur a lui-même demandé des lignes directrices plus concrètes », a spécifié la directrice du conseil, Sandrine Sepul. Dernièrement, plusieurs plaintes ont été enregistrées concernant ce type de publicité.

Les « publicités natives » sont des messages publicitaires dont la forme et le design sont en adéquation avec le média sur lequel ces contenus sont publiés. Il est par exemple question d’un publireportage qui est diffusé dans un journal comportant également des informations ou des articles rédactionnels. Les « publicités natives » sont également recensées sur de nombreux sites web.

Des dispositions générales existent déjà pour les annonceurs, notamment pour qu’une communication commerciale soit clairement identifiée comme telle. Dans un journal, les lecteurs doivent ainsi pouvoir faire une nette distinction entre un article et un reportage publicitaire.

Concrètement, le nouveau code répertorie les critères permettant de déterminer s’il s’agit d’une communication commerciale ou pas. En outre, il détermine de manière détaillée l’utilisation de marqueurs contribuant à identifier instantanément le caractère commercial d’une communication.

Le secteur souhaite contribuer à la sensibilisation concernant les « native advertising » alors qu’une hausse des plaintes s’y rapportant est constatée, indique Sandrine Sepul. « On ne parle que de cinq à dix plaintes par an, mais dans le passé, il y en avait moins », souligne-t-elle.

Bien qu’il s’agisse d’une autorégulation voulue par le secteur, les règles devront être respectées. Les annonceurs qui ne s’y conforment pas risquent de devoir retirer leur publicité ou de devoir l’ajuster.

Source : Belga.