La direction de RTL Belgium va licencier 105 personnes

FacebookTwitterLinkedIn
rtl belgium

La direction de RTL Belgium a annoncé, lors d’un conseil d’entreprise extraordinaire, le licenciement de 105 personnes. Cela correspond à environ un emploi sur huit. Ces licenciements concernent tant des salariés que des pigistes. La direction va enclencher la procédure d’information et de consultation prévue par la loi dite ‘Renault’ sur le licenciement collectif.

Quel avenir?

La réunion vise à présenter au personnel les conséquences du plan #Evolve, le plan de transformation pour adapter le groupe audiovisuel privé aux nouveaux modes de consommation des médias et le repositionner face à la concurrence, notamment après l’arrivée de TF1 sur le marché publicitaire belge.

Au niveau des régies publicitaires, la direction prévoit une fusion et « la création d’une véritable opération commerciale intégrée TV+Radio+Digital, capable d’offrir des solutions intégrées aux annonceurs ».

Pour relancer son offre digitale, RTL Belgium va par ailleurs créer « une nouvelle plateforme de catch-up TV (télévision dite de rattrapage) gratuite financée par la publicité ciblée ».

Réactions

Philippe Delusinne, CEO de RTL Belgium: « Pour que RTL reste dans les dix prochaines années une société qui continue à faire ce qu’elle fait au niveau de la production locale, du ‘news local’ qui met en valeur les talents de la communauté française de Belgique, il fallait changer des choses rapidement. C’est ce que nous allons faire. Mais pour les téléspectateurs et les auditeurs, rien ne changera. Ce qui changera, c’est le mode opératoire, les structures au sein de la maison RTL ».

Les représentants syndicaux considèrent tout licenciement injustifié: « Depuis près de 30 ans, la direction sait que TF1 étudie la possibilité de commercialiser ses écrans publicitaires en Belgique. Pour le moment, TF1 n’a pas pris un euro à RTL. Ceci est une mesure préventive et injustifiée pour garantir à l’actionnaire ses dividendes. Le personnel réclame depuis des années la mise en place d’une vraie stratégie digitale. La direction reconnaît elle-même avoir fait preuve d’immobilisme en la matière. Les employés de RTL ne peuvent pas être les victimes de ce réveil brutal et tardif ».

Jean-François Dumont de l’association des journalistes AJP: « Nous craignons une dégradation des contenus et des conditions de travail. Il est violent et choquant de constater qu’une entreprise bénéficiaire en vienne à sacrifier des emplois pour des motifs de prévention de prochaines difficultés. Un média ne tient pas seulement à sa capacité à générer du profit. Sa pérennité tient aussi à ses contenus ».

Source: Belga.