Tout le marché média est aux mains de 5 grandes entreprises en Flandre

FacebookTwitterGoogle+LinkedIn

Le Vlaamse Regulator voor de Media (VRM) a publié le 6 décembre le rapport ‘Mediaconcentratie in Vlaanderen 2018’.

Il apparaît dans le rapport que, concernant les médias classiques, 80 à 100% du marché flamand est détenu par seulement cinq groupes médias : VRT, De Persgroep Publishing / Medialaan, Mediahuis, Roularta et SBS Belgium. Il y a quelques années, le paysage médiatique en comptait encore neuf.

En outre, les puissances internationales (comme Facebook, Google et Netflix) défient davantage les sociétés médiatiques flamandes, avec en réaction des consolidations des entreprises flamandes.

Conclusions principales par type de média

Radio : les stations de la VRT obtiennent la plus grande part de marché, la concentration au sein de la radio flamande reste donc très importante.

Télévision : Les principales modifications concernent l’acquisition de SBS Belgium par Telenet et l’intégration de Medialaan à De Persgroep. C’est Telenet qui occupe une position de force.

Presse écrite : La concentration la plus importante concerne la distribution. Pour les médias imprimés, elle est ainsi presque entièrement entre les mains de bpost. Roularta a acheté plusieurs magazines à Sanoma et De Persgroep a acquis l’éditeur Cascade. Roularta a repris 50% de la participation de De Persgroep dans Mediafin, qui édite également L’Echo.

Des conclusions générales

Le focus des médias vers certains groupes cibles semble glisser vers des accords exclusifs pour des émetteurs de niche, comme l’illustre le passage de Studio 100 TV de Telenet vers Proximus ou la reprise du journal économique De Tijd par Roularta.

Les médias sociaux jouent un rôle très important dans la diffusion des informations. Environ la moitié des visiteurs des sites d’info y sont en effet arrivés via Facebook.

Mais, dans le monde numérique actuel, ce sont surtout les entreprises étrangères qui dictent le jeu. Des moteurs de recherche comme Google sont la porte d’accès à internet pour de nombreux Flamands, ce qui fait de l’entreprise américaine une sorte de ‘gardien’ déterminant l’accès aux médias.

Pour faire face à cette concurrence internationale, les grands groupes travaillent de plus en plus ensemble dans le domaine de la publicité en ligne. En termes de contenu, la Flandre doit aussi davantage concurrencer des entreprises comme Netflix. La reprise, en mars dernier, par Telenet de De Vijver Media et des chaînes de télévision commerciales VIER, VIJF et ZES ainsi que de la société de production Woestijnvis, peut être ainsi analysée sous cet angle.

Plus d’info dans le communiqué.